Rechercher
  • Zambeze

— Bonjour, madame Murray ! Merci d'avoir accepté de nous rencontrer pour discuter de vos aventures.

— C'est moi qui vous remercie d'écouter les personnages pour une fois, nous sommes souvent oubliés et laissés pour compte. Il n'y en a que pour les auteurs, alors que c'est nous qui faisons tout le travail. Appelez-moi Ellen, ce sera plus convivial.

— Alors Ellen, quelle est la dernière aventure que vous avez vécue ?

— Ma promenade au Moyen Orient, qui date de 2016 mais que l'auteur vient seulement de rapporter.

— Vous parlez de promenade, c'était plutôt agréable alors ?

— Pas vraiment en fait ! Je suis tombée en plein coup d'état en Turquie, après je suis repartie à Chypre, puis au Liban. J'ai assisté malgré moi à une tuerie entre membres du Hezbollah et Saoudiens, j'ai visité des laboratoires de fabrication de dérivés amphétaminiques, j'ai séduit un trafiquant jordanien pour avoir des informations et j'ai enfin participé à la libération de mon Yasemine en Syrie.

— Rien que çà ?

— Oh j'ai été aidée, bien sûr, et parfois je dois suivre le mouvement sans trop poser de questions.

— Pas trop dur ?

— Vous savez que j'attire toujours les affreux, alors oui parfois j'en bave un peu. Dans les prisons turques, les questions des Saoudiens, le désert de Syrie...

— Vous aviez des amis.ies sur place ?

— Heureusement Sergeï Polkov était là, vous comprendrez pourquoi en lisant l'histoire. Il y avait aussi Harun l'ami de Yasemine et j'ai croisé mon mari à Nicosie.

— Dites-moi Ellen, sans indiscrétion, qu'êtes-vous allée faire dans cette région qui n'a rien de très touristique en ce moment ?

— Mon travail de pharmacienne, avec mes dosages et mes traçages sur les amphétamines.

— Comment s'appelle cette aventure ?

— La filière. Elle doit paraitre début 2021, normalement, si l'auteur veut bien s'y mettre ! Ce sera le tome 7 de mes aventures : Empreintes et jeux d'ombre.



  • Zambeze

J'ai toujours plusieurs romans en attente. De quoi ? De temps essentiellement, mais parfois aussi de colle ou de liens si vous préférez. Je vais prendre 2 exemples : Anno Mundi et Evinia.


- Anno Mundi : une uchronie sur le monde à la fin du XIXe siècle façon steampunk avec un décalage dû à un non-saccage de Constantinople en 1204 (mon premier titre était L'erreur des Croisés). Donc une remise en question de l'évolution du monde politique, économique sur un fond philosophique. L'histoire raconte la quête d'une jeune étudiante pour rapporter des nouveautés scientifiques en occident alors que Constantinople s'endort peu à peu sous l'influence néfaste des "iconoclastes" et des intérêts géopolitiques d'autres puissances. Le roman est commencé et Ilmya (l'héroïne) s'amuse bien dans un monde qu'elle découvre peu à peu. Partagée entre passion et réflexion épistémologique, elle va remettre en question notre vision trop progressiste et incontrôlée de la croissance. Je parlerai donc aussi du principe de précaution que je veux défendre en jouant avec les innovations décrites dans l'histoire.


- Evinia : une trilogie en cours de rédaction. Beaucoup de documentation nécessaire car le sujet aborde le futur (il s'agit de science-fiction) concernant le rapport entre humain et intelligence artificielle. L'histoire raconte l'évolution d'unen société où les robots et andrpïdes prennent une place grandissante (titre: Vérité couleur verte ou Bienvenue). Le second tome oppose androïde et humains augmentés (titre : Les enfants d'Evinia) et le troisième reprend le concept de nouvelle forme de vie androïde (titre : Convergence). Dans cette trilogie, le principe de précation sera aussi mis à l'honneur.

Pourquoi parler du principe de précaution ? Parce qu'il est en cause - par son absence - dans la crise (ou catastrophe) sanitaire du Covid19. Ce principe a été réjeté trop facilement au nom de l'innovation, de la croissance et du progrès. La crise est donc plus politique que sanitaire, car ce sont des choix politiques qui causent problème.



Je vous donne rendez-vous en 2021 pour un des premiers tomes de la trilogie Evinia.

(Photo MJ des Calanques mars 2015)



  • Zambeze

Déconfinement prévu le 20 mai pour les versions papier et numérique.

Roman débuté en septembre 2016 et qui arrive enfin (j'en ai d'autres en affinement).

Mots clés : essai clinique, effet indésirable, coma, rêve, cauchemar, fantasme, stigmate.

Cette histoire n'appartient pas à un genre précis : thriller, médical, fantasy, policier, thriller fantastique est encore le mieux. Mickaël Jackson a utilisé le propofol, et un jour il ne s'est pas réveillé, et ici, j'ai imaginé un produit, le XTC, de la même famille mais plus actif, avec des effets bénéfiques sur la récupération des comas. Un essai clinique va donc révéler un effet indésirable bénin : l'induction de rêves ou de cauchemars.

Ce genre de produit est connu pour ce type d'effets, mais quand ils deviennent très réalistes, cela peut devenir gênant...Jusqu'à s'immiscer dans la vie de la personne ou même s'attaquer à ses proches.

Des extraits vous sont proposés sur les sites : michel-juste.iggybook.com et sur https://www.pharmakonjazztango.xyz

Ce roman sera présenté au salon des Indépendants de Lyon le 30 mai prochain sur internet uniquement : voir https://idl-lyon.fr/

Vous pouvez participer à ce salon, découvrir des auteurs, poser des questions.... Connectez-vous, c'est gratuit. Rendez-vous le samedi 30 mai prochain.



© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com