© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com

SAGA PHARMAKON JAZZ TANGO

Voilà l'héroïne de la série. Ellen de son prénom.

Elle est pharmacienne et diplômée de l'université d'Athens en Géorgie près d'Atlanta (USA). Pourquoi pas française ? Et bien parce que l'histoire du premier roman de la série a débuté à partir d'une nouvelle plus courte qui s'arrêtait aux 8 ans d'Ellen. Puis j'ai trouvé que l'idée d'alller plus loin serait intéressant, alors je l'ai fait grandir, étudier et l'histoire s'est peu à peu étoffée pour aboutir au premier épisode de la saga: Poupée noire pour petite fille blanche qui reprend donc la nouvelle d'origine.

Vous aurez une vision rapide de la saga et de l'univers que j'ai voulu donner à mes histoires.

Bonne vision :

Poupée noire pour petite fille blanche (#1)

Pour son anniversaire, l'oncle d'Ellen, Marc, va lui offrir une belle poupée noire. Ellen va beaucoup apprécier son cadeau, mais ce n'est pas forcément le cas de ses parents et grand sparenst qui y voient une provocation déguisée de la part du jeune Marc, rejeton un peu turbulent de la famille. Ellen vient maintenant de terminer ses études et s'est spécialisée dans les sciences forensiques. Elle est donc spécialiste en analyse des médicaments et notamment des contrefaçons médicamenteuses, des drogues diverses et de leur pharmacocinétique.

Son oncle Marc est un sportif qui a exercé la pelote basque (jal Alaï) en Floride puis il a émigré en France, dans le pays basque. Il est homosexuel et adepte d el'épicurisme.

Il va inviter sa nièce durant l'été et lui exposer sa conception de la vie.

Encore jeune et très récemment en rupture amoureuse, Ellen va se forger une nouvelle vision de sa vie et de son avenir. Comprendre ce qu'elle aime, ce qu'elle déteste, pour mieux affronter la vie qui l'attend.

Rexte au passé, narartif troisième personne

Publié en avril 2017

Frissons à Chicago (#2)

Ce second épisode  fait entrer Ellen dans son rôle actif de professionnelle pharmacienne qui recherche et dose les médicaments dans les prélèvements biologiques.L'histoire est assez sombre car elle met enscène plusieurs meurtres sans trop de renseignements. Cete seconde histoire devait me permettre d'introduire d'autres personnages clés. Il me fallait une sorte de faire valoir, type personnage miroir comme on en trouve dans toutes les séries. C'était la place de Kristen, fille émancipée, un peu destroy, junkie mais honnête et sympathique qui allait utiliser un langage cru et imagé pour accompagner l'héroïne. Je lui ai aussi choisi un compagnon : Steve. De façon à la stabiliser un peu. Ellen reçoit un rôle actif au début et plus passif à la fin où elle joue la victime.

Ellen et son équipe étaient mis en place, je pouvais aborder la suite et commencer les véritables aventures.

Texte au passé, narratif troisième personne.

Publié en avril 2017

Sad song (#3)

Un épisode simple et complexe à la fois. Simple car le rythmé est très feuilletonesque et il nous ramène à la fin au Pays basque, soit au dbuté de la saga. Complexe car il met en place les principaux acteurs de la série et tout le fil rouge des futurs épisodes. Un méchant devait apparaitre ici et c'est le cas. Je n'ai pas trop noirci le tableau en laissant Ellen donner ses impressions avant qu'elle puisse s'échapper. Mais on devine que le sentiment de Ravi Dambak vis à vis d'Ellen n'est pas uniquement professionnel. Cela va compliquer la situation jusqu'à ce qu'Ellen clarifie les choses (voir Karada épisode 4).

Un autre élément, capital, apparait ici : la musique. On avait vu l'attrait d'Ellen pour le blues dans Frissons à Chicago, mais ici le ton est donné et le titre lui-même est tiré d'une chanson des Beatles : Hey Jude.

Il suffit de lire les paroles de la chanson pour comprendre le sens de l'histoire et la ténacité d'Ellen. Tout tourne autour de cette rébellion et de la volonté de l'héroïne de poursuivre son idée, de prendre en charge cette chanson triste et de se faire aider par son amant Steve. Elle doit la mettre dans son coeur, dans sa peau, pour la rendre meilleure. On comprend encore meiux ici qu'elle n'a pas fini de prendre des coups et d'avoir des émotions.

Texte au passé, narratif ou première personne.

Publié en avril 2017

Karada (#4)

Episode clé. Il existait au début deux histoires séparées : Karada et Les proies du serpent. Elles se suivaient et je les ai regroupées pour obtenir un volume suffisant à mon manuscrit. Il fait partie du Tome II de la Saga "Tatouages et dépendances". Tout est là ou presque. Karada signifie le corps dans son entité globale (à l'opposé du corps physique). Ce nom est aussi une figure de bondage japonais où le corps entier est parcouru par des cordes pour former un maillage immobilisateur et magnifique. Ellen va vivre cette histoire de façon physique même si la scène clé qui est la plus violente est une scène verbale. Episode bas sur la dualité, physique-mental, bien-mal, homo-hétéro. On retrouve ici la dualité du titre Jazz Tango. Ravi Dambak n'est pas seul à s'intéresser à notre héroÏne. Hisako, cheffe d'une mafia japonaise va la faire enleverpour la faire travailler pour elle. Ellen retournera la situation à son avantage en séduisant Kyi, sa gardienne birmane. Tout cela involontairement bien sûr, et même Hisako s'y met, trouvant Ellen à son goût. Donc bisexualité involontaire, subie, acceptée. Elle sera tatouée par Ravi comme toutes les filles qu'il veut protéger. Ellen va rencontrer une de ses meilleures amies, Emiko, qui va lui apprendre la méditation.

Texte au passé, première personne du singulier;

Publié en septembre 2017

Ballet russe (#5)

Un épisode écrit d'emblée avec une longueur suffisante.Toujours les contrefaçons médicamenteuses mais d'origine russe. Le décor est celui d'une lutte de pouvoir entre mafias russe et cartel de Ravi Dambak. Evidemment, Ellen est au milieu et elle va faire les frais de cette lutte impitoyable. Emprisonnée grâce à une arnaque, elle ressortira de prison pour tomber sur une Hisako friande de détails, puis échappera à un accident de voiture provoqué. Ellen sature car elle aimerait bien avoir un enfant. L'histoire débute à Chicago pour aller à Singapour puis Londres. Ellen va développer une aversion involontaire pour Chopin.

Un épisode sur les obsessions, les échecs les réussites et toujours la musique et l'humour.Cet épisode ouvre aussi une période très musicale et les morceaux vont marquer les scénarios suivants.

Texte au présent, première personne du singulier.

Publié en septembre 2017

La quête (#6)

Un épisode très particulier. Un récit que j'ai longtemps hésité à écrire car je pensais qu'il alait trop loin. Puis je l'ai pris comme un défi, pour voir si on pouvait transcrire ces idées. Donc une sorte de réécriture de "La philosophie dans le boudoir" de Sade. Et l'exercice est captivant. Une de mes histoires préférées, allant du plus cru à la philosophie politique en passant par une histoire d'amour. Je n'ai choisi que des dialogues ou des monologues intérieurs (sous forme de journal intime), hors début et fin de l'histoire. L'essentiel est dans les cinq chapitres des cinq jours passés par Ellen dans la maison d'Hisako.Un épisode qui pourrait passer pour une histoire de soumission ou de sadomasochisme, et qui est en fait une histoire d'amour et de respect. Difficle à croire en lisant au premier degré, mais les réflexions politiques orientent bien vers un débat beaucoup plus profond qu'il ne parait. Entre Kyi, Hisako et Ellen, un jeu gagnant-gagnant se met en place avec ce que chacune peut apporter à sa fierté, son mental, son plaisir, sa relation aux autres. Les trois actrices de ce huis clos seront transformées par leur jeu et Hisako révèlera enfin le pourquoi de ce séjour imposé à Ellen.

Le plus délicat pour l'auteur est de jongler entre les scènes intimes, les scènes plus crues et celles de discussions philosophiques. Donc un mélange très subtil et très fin où l'humour prend un parfum très particulier. Ce jeu d'écriture - comme un funambule -  me plait assez et je l'ai repris par la suite dans "Béatrice et la liberté". La musique est présente au début  (The Who et The Rolling Stones) et totalement absente au milieu de l'histoire pour une raison évidente que vous comprendrez. Elle réapparaitra  à la fin (Nobody Girl de Ryan Adams et Venus in furs du Velvet Underground).

Texte au passé,première personne du singulier.

Publié en septembre 2017

Pour lecteur averti quand même.

Fluvanna (#7)

Tout commençait bien  pour Ellen, une aventure pas loin de chez loin (en Virginie) et un petit trafic de médicaments avec contrefaçons. Mais il y avait aussi ces disparitions et l'apparition d'un personnage inquiétant avec Sheryl Harper. Ellen va faire la connaissance d'une inspectrice, Beverly, qu'elle retrouvera plusieurs fois. Un épisode en deux parties (séparées au début puis assemblées) pour laisser le temps à la méchante Sheryl de réapparaitre pour impliquer Ellen dans un faux meurtre. Le piège fonctionne bien mais l'intrigue est heureusement vite levée devant le grand jury grâce à l'enquête qui va se diriger vers le milieu du Ku Klux Klan. Beaucoup de documentation juridique pour cet épisode où j'ai calqué la juridication de l'état de New York en Virginie (n'ayant pas trouvé d'informations spécifiques sur le grand jury pour la Virginie). Mais Ellen aurait pu être condamnée à mort si les preuves avaient été plus solides. La description du milieu calcéral pour Ellen n'est pas inventé. J'ai glané des anecdotes dans quelques centres des Etats Unis et surtout à Fluvanna. Le hasard fait que mon histoire, écrite en 2015 et qui se passe à Charlottesville, rappelle ce qui s'est passé en août 2017 avec la manifestation contre le KKK et l'extrème droite.

Cet épisode m'a permis de placer plein de titres musicaux (comme une bande originale) et le meilleur reste Tatoo'd Lady de Rory Gallagher : je ne pouvais pas trouver mieux !

Texte au passé,  première personne du singulier.

Publié en mars 2018.

Souvenirs d'un été (#8)

Un titre bien estival, chaud et on s'attend à une romance. Il s'agit pourtant de l'épisode le plus terrible pour Ellen, qui a failli lui coûter la vie. Une histoire très dure puisque Sheryl s'est échappée de son milieu carcéral psychiatrique et de haute sécurité grâce à un infirmier. Pour adoucir, j'ai séparé le récit en deux : le contenu du journal intime d'Ellen où elle raconte ce qu'elle a vécu, avec des mots durs, crus et qu'elle-même a du mal à transcrire, et la forme car elle écrit ce journal lors de ses vacances au Pays basque avec sa famille. Vous avez donc deux récits (un au passé, un au présent) pour vous donner tous les détails sur ce qui a pu arriver à notre héroïne : son enlèvement près de chez elle, et sa mise à mort décidée par son ennemie. Elle va se reconstruire, prendre un nouveau départ, non sans remise en question.

La suite de Fluvanna, pour aller au bout de l'horreur, mais toujours avec des réflexions philosophiques, de l'humour et de la musique. Et un style particulier, pour jongler entre deux formes...

Textes au passé (journal) ou au présent (vacances) et première personne.

Lecteur averti.

Publié en mars 2018.

Bleu nuit (# 9)

Ellen particpe à un congrès à Bombay et lors de son retour, avant d'arriver à Dubaï, son avion est détourné et il atterrit à Oman. Emprisonnée avec Jaya, une jeune voyeuse, Ellen doit faire face à des malfaiteurs qui vont user de leur position pour renverser le gouvernement local de la province d'Adh Dhahira à Oman. Ellen va aider Marwan à rétablir la situation et elle découvrira aussi un vaste trafic de contrefaçons, dont certains médicaments. Mais l'enjeu est encore plus important qu'elle ne peut le penser..

Antisens (#10)

Ellen est rappelée par Interpol. Les médicaments saisis grâce à elle à Sohar (Oman) présentent, pour certains, une particularité nécessitant une analyse approfondir et une grande confidentialité. Ellen va travailler en urgence au CDC d'Atlanta pour analyser ces produits puis mettre au point un médicament antiviral destiné à inhiber le virus Ebola qui commence à se répandre dangereusement en Afrique et au Moyen Orient. Malheureusement les intérêts financiers et certains cartels mafieux vont mal voir cette intervention et Ellen va être enlevée et livrée au principal protagoniste de la menace biologique qui se met en place. Emprisonnée en Corée du Nord, Ellen va être aidée par Dambi, fille adoptive de son nouvel ennemi et elle sera sauvée grâce à Wendy, sa nouvelle garde du corps.