© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com

Les râleuses

Ce sont les héroïnes des livres de Michel. Il a environ 90% d'héroïnes, donc des filles ou des femmes qui mènent le train et prennent des libertés. Il suffit que Michel n'écrive plus pendant quelques semaines pour que cela fasse râler les personnages qui se sentent délaissées ou abandonnées à leur triste sort de papier. Elles veulent vivre, voyager, s'épanouir comme tout un chacun et Michel doit toujours imaginer un tas de situations pour les satisfaire. Elles s'expriment parfois sur Facebook pour mieux faire connaitre leur situation.

COLLECTIF DES HEROÏNES, 25 OCTOBRE 2019

- Soûlante ? Tu as osé me décrire comme soûlante dans ton dernier épisode ?

- Mais non ! Ce n'est pas moi qui dis ça, en fait c'est toi qui le dit !

- Comment ça ? Tu me fais dire n'importe quoi !

- C'est Wendy qui aurait dit ça de toi. Je ne vais pas raconter l'histoire ici, mais on dira simplement que ce profil de personne têtue intéressait un haut responsable de la CIA et que Wendy a dit que tu correspondais au descriptif avec un petit plus.

- Et le petit plus, c'est que je suis soûlante ?

- Parfois. Pas toujours. C'est pour rire. C'est de l'humour.

- Ah ouais ? Il est bizarre ton humour. Se moquer de ses héroïnes pour faire rire les lecteurs, tu me déçois. Tu as déjà raconté que je pataugeais, et maintenant je suis soûlante !

- Arrête ton cirque ! J'ai publié le tome 4 (Le hasard et la sérendipité) en juin dernier et le tome 7 (Empreintes et jeux d'ombre), où tu te déclares soûlante, est aujourd'hui en relecture.

- N'insiste pas ! Je note quand même que tu as donc terminé l'écriture de mes aventures au Moyen Orient (La filière dans Empreintes et jeux d'ombre) et que tu as rajouté l'épisode avec la CIA.

- Voilà et je rappelle aux lecteurs que les histoires sont indépendantes, et qu'on peut lire les histoires sans un ordre particulier. Sauf que les personnages évoluent dans le temps.

- Par exemple Wendy qui se fiche de moi, Steve qui me prend pour une cafouilleuse et une attrape soucis. Il est vrai que quand j'apparais dans le circuit d'un gang quelconque je fous une merde pas possible. J'admets.

- Pour la m... il faudra que je trouve un autre qualificatif à te faire dire. J'y réfléchis.

COLLECTIF DES HEROÏNES, 28  juillet 2019

- Alors ! Coucou, c'est nous ! Toujours les mêmes ! Ça n'avance pas, on dirait, malgré les vacances !

- C'est pas une question de vacances, je suis toujours en vacances !

- Raison de plus, c'est le calme plat. Cest la canicule qui ralentit ?

- Vous exagérez, ça avance en fait. Doucement, mais sûrement.

- Ah  oui ! Explique-nous !

- Le tome 4 de tes aventures arrive, ma chère Ellen ! Et je prépares le tome 5 pour la fin de l'année.

- C'est drôle, il suffit d'en casuer pour que ça avance ! Génial !

- Et le roman de Paula ?

- Tu parles du policier Enquête blanche ?

- Oui, elle s'impatiente !

- Pour la rentrée, je termine les corrections.

- Et le reste ?

- Trigger est en relecture, et pour le reste, j'écris quand je peux.

- Et la Filière ? Mes aventures au Moyen Orient ?

- J'arrive à la fin.

- Mouais, je vérifierai.

- Tu réagis comme un agent littéraire ou un éditeur impatient !

- C'est vrai, tu devrais nous payer pour te stimuler.

- Et quoi encore, vous voyagez gratos, sans parler du reste : les hôtels, les repas tout compris !

- On est comme des actrices...

COLLECTIF DES HEROÏNES, 6 juin 2019

- Ah Ah ! Tu ne t'attendais pas à ce que j'appelle ?

- Mais si, je te connais maintenant. Je me disais bien que tu allais réagir !

- Alors Monsieur l'écrivain se mélange les crayons avec ses héroïnes ? Tu ne sais plus qui est qui ?

- Non tout va bien, j'arrive à vous suivre. Même si vous avez parfois des réactions bizarres.

- Ah oui, tu as dit de moi que je pataugeais de temps en temps (voir Collectif du 5 mai). Mais c'est toi qui invente les situations, alors nous, on vit les moments, on s'adapte, on explique au lecteur ce qui se passe. On lui donne des sensations, on le fait rêver...

- Arrête ton baratin ! Je maitrise les ambiances, je disais simplement qu'il n'était pas toujours facile de suivre les caractères, de les faire évoluer et même d'en créer de nouveaux.

- Le principal c'est qu'on évolue, qu'on réagisse aux conneries que tu nous fais faire.

- C'est pas des conneries, je suis bien obligé de vous mettre dans des situations originales qui amusent le lecteur et lui donnent des sensations. C'est lui qui juge en fin de compte.

- Il a bon dos le lecteur ! Nous, on doit suivre le scénario et faire au mieux pour faire plaisir au lecteur qu'on ne connait pas. C'est pas toujours évident !

- Vous ne vous en sortez pas trop mal pour l'instant et vous êtes toutes différentes.

- Tu n'as plus l'idéee de me cloner (Collectif du 15 décembre 2018) ?

- Pas pour l'instant. je préfère travailler les caractères et affiner.

- Il y a héroïne et héroïne, c'est ça ?

- Comme oie et oie.

- Ouaéoua ?

- Comme sur la photo du post !

- Tu te fous de nous encore une fois ! Et si on modifiait nos personnalités en pleine action ?

- L'idée est déjà prise dans un autre roman.

- Et qui sera l'héroïne ?

- Ce sera un héros ! Mais il deviendra héroïne.

- On suivra ça de près.

COLLECTIF DES HEROÏNES, 5 mai 2019

- Bonjour ! C'est Anke !

- Salut Anke ! Tu es toujours sur Evinia ?

- Ben oui, depuis le temps.

- Oh Arrête ! Je t'ai envoyé là bas début février ! Ça ne fait pas longtemps !

- Ah oui ? Le temps se rétrécit chez toi, car c'était en 2018 !

- Tu crois ? Mais j'avance, hein, ne pense pas que je t'ai abandonnée, encore hier, j'ai réfléchi à un rebondissement...

- Je me demande si Ellen n'a pas raison.

- Quoi, qu'est-ce qu'elle a dit ?

- Tu traines, tu procrastines.

- Je viens de changer d'ordinateur, je vais m'y remettre.

- T'as intérêt, car elle attend la suite après son racolage à Amman.

- Je lui ai trouvé une porte de sortie, mais elle veut aller trop vite, je n'ai même plus le temps de publier les histoires précédentes !

- Pour les Enfants d'Evinia, tu iras plus vite j'espère, on ne va pas attendre 2020 ?

- Euh, je sais pas encore, avant il faut sortir Trigger, qui attend depuis octobre 2016.

- Bon alors je lui dis quoi ?

- Que tout va bien, j'avance sur La filière, Evinia et Les filles de Sin.

- Deux épisodes pour elle ?

- Oui, parce que parfois elle patauge un peu. Alors je change de genre.

- Ça lui fera plaisir d'apprendre qu'elle s'embrouille de temps en temps...

COLLECTIF DES HEROÏNES, 7 avril 2019

- C'est Ellen. Tu m'as envoyée où ?

- En Jordanie. A Amman plus précisément.

- Pourquoi faire, encore un truc pourri ?

- Mais non, c'est juste la suite de l'histoire qui a débutée à Ankara avec Yasemin et vos recherches sur les amphétamines.

- Mais pourquoi à Amman ?

- Tu es dans un grand hôtel et tu vas séduire un client qui fait des trafics et qui doit échanger Yasemin contre des oeuvres d'art.

- C'est quoi cette histoire ?

- Yasemin a été enlevée puis remise à Selim, le trafiquant, qui va l'échanger à des hommes de Daesh contre des oeuvres d'art volées.

- Et je fais quoi là-dedans ?

- Je te l'ai dit ! Tu dois faire parler Selim pour obtenir la date du transfert de Yasemin entre la Jordanie et la Syrie.

- Je vais faire la pute, c'est ça ? Séduire Selim pour le faire parler sur l'oreiller ?

- Mais non ! Tu peux faire plus soft, discussions, repas, et il te fera visiter Amman et la cité de Petra.

- Ouais, j'ai compris, mais ça fait pute quand même. Il est beau garçon ?

- Pas mal, quarantaine. Un peu macho. Mais tu peux le surprendre.

- Comment ?

- En prenant les initiatives.

- Ouais, je vois. Délicat. Un travail tout en subtilité. De la diplomatie, un peu de fesse et je le mène où je veux ?

- Voilà. Tu dois savoir faire.

- Tu veux dire quoi, là ?

COLLECTIF DES HEROÏNES, 29 mars 2019

- Ah Bah ! C'est pas trop tôt ! Qu'est-ce que tu foutais ?

- J'étais en vacances ! Je suis parti 3 semaines au Laos pour me changer les idées. Et c'est quelle héroïne qui m'interpelle aujourd'hui ?

- Paula. Ne me dis pas que tu as oublié ?

- Euh non, mais parfois j'ai des petites absences. Mais je te remets, tu es l'héroïne d'Enquète blanche, le policier qui sortira en fin d'année.

- Bon, ça va. Mais trois semaines sans écrire ! Si je dis ça à Ellen, tu es mort.

- Ce n'est pas la peine de semer la zizanie, j'ai entrepris l'édition du tome 4 de ses aventures (Le hasard et la sérendipité). Tu peux lui dire, cela la fera patienter.

- Et qu'est-ce je dis à Sabine (héroïne de Trigger), Anke (héroïne des Enfants d'Evinia), Ilmya (héroïne d'Anno Mundi), Yasemin et Mei ?

- Restons discrets. Les choses avancent, le tome 4 de Pharmakon Jazz Tango sortira début mai, après on verra.

- On verra quoi ?

- On verra selon mon inspiration, parce que vous bougez dans tous les sens, mais il faut chercher les idées.

- Ah ouais ? Bon je dis rien pour l'instant, mais si ça traine trop, je balance tout !

- Si je vous ai sur le dos sans arrêt, ça n'avancera pas. Alors soyez raisonnables ! Tu ne veux pas un autre épisode de tes enquètes policières ?

- Ah ben voilà qui est positif ! Je savais bien que tu saurais être conciliant. Ellen me l'avait bien dit.

- Pourquoi ? C'est elle qui t'as dit d'appeler ?

- Et oui, on s'entraide, tu vois. Bon je te laisse bosser. Allez, allez...

COLLECTIF DES HEROÏNES, 15 décembre 2018

- Hou Hou ! C'est moi ! C'est Ellen, ton héroïne favorite !

- Salut ! Pourquoi cette autoproclamation d'héroïne favorite ?

- C'est avec moi que tu as écrit le plus de mots, ou de caractères EC (espaces compris), donc je suis bien placée !

- Il n'y a pas forcément de lien direct ! J'aime bien Juliette aussi et...

- Là, je t'arrête tout de suite ! Si tu fais un classement, tu en auras une de satisfaite et 25 de déçues.

- Vous êtes 26 ?

- J'ai pas compté précisément, mais c'est un chiffre minimal, ne serait-ce que dans la saga Pharmakon Jazz Tango, tu as dû en rajouter presque une quinzaine dans les autres romans.

- Quel troupeau !

- Pauvre type !

- Je disais cela comme ça, pour rire.

- Moi, j'ai droit à environ 2 millions 600 000 caractères EC, donc je suis la meilleure.

- Vite dit, je pense effectivement à toi pour une série type feuilleton.

- Ah ! Tu vois que j'ai raison et tu vas écrire quoi ?

- Je sais pas encore, je réfléchis, je vais te cloner pour créer un autre scénario.

- Me cloner ? Et tu vas m'appeler Nelle ? Enell ?

- Non, un autre prénom, et je corrigerai aussi certains défauts en même temps.

- Des défauts ? Tu te fous de moi ?

- Mais non, on peut toujours améliorer.

- Améliorer ? Corriger ? Mon seul défaut est d'être trop patiente, tu traînes au lieu d'écrire, alors au boulot !

COLLECTIF DES HEROÏNES, 16 novembre 2018

- Coucou, Salut ! C'est Anke !

- Ah oui ! Bonjour Anke. Présente-toi aux lecteurs, ils ne te connaissent pas encore.

- D'accord. Alors je m'appelle Anke, je suis la nouvelle héroïne de Zambeze et je suis en ce moment dans la station spatiale Evinia avec mon collègue Rainer pour débrouiller une histoire de sabotage et d'espionnage.

- L'histoire avance, mais je n'ai pas encore fini. Il faudra attendre 2019 !

- Oui on sait bien, mais on voulait se faire connaitre car l'histoire n'est pas mal, même si cela devient compliqué avec les luttes entre clans terriens.

- Vous êtes sur la station Evinia qui est près de Saturne ! Donc tranquilles.

- Pas tant que ça ! Au fait, Ellen m'a contacté pour t'obliger à écrire un peu plus.

- Comment ça, écrire plus ? Je ne vais pas y passer mes nuits !

- Elle a dit qu'il fallait qu'on mette des gilets jaunes pour te narguer et t'obliger à tenir compte de nos remarques.

- De quoi elle se mêle, je peux pas vous mettre des gilets jaunes à toutes, rien que pour ça. Et je vois mal le genre que ça va donner dans mes histoires !

- Elle a dit que tu comprendrais et que tu ferais ce qu'elle dit.

- Je verrai avec elle. Je peux lui mettre un gilet jaune avec rien dessous si elle veut.

- Je suis sûre que ça l'amusera !

- Comment voulez-vous que je m'en sorte !

COLLECTIF DES HEROÏNES, 27 octobre 2018

- Quoi, qu'est-ce tu écris ? dit Ellen

- Ça y est, qu'est-ce que j'ai encore fait ? Qui est là ?

- C'est Ellen, TON héroïne favorite, et là tu écris une histoire sortie des poubelles des autres aventures !

- Mais non, je t'explique : il m'est venue l'idée d'exploiter quelques non-dits ou sous-entendus voire même des ambiguïtés dans tes histoires.

- Des ambiguïtés ? Des sous-entendus ? Et quoi encore ? Dis tout de suite que je triche !

- C'est exactement ce que croit une des agents du FBI bien placée. Elle pense que tu es une espionne et que tu as profité de tes voyages et rencontres pour donner des informations sensibles.

- Hein ! Mais ça va pas ! Tu déconnes !

- C'est pas moi ! Elle s'appelle Sylvia Cubos, une amie de Simon, le gars de l'USSS qui a voulu te faire tuer par Janet dans Cotton candy.

- Il est pas en prison ?

- Non, ressorti comme par hasard. Et toi tu te retrouves au FBI en cellule et interrogée par Sylvia.

- Interrogée sur quoi ?

- Par exemple (car la liste est longue), elle te reproche d'avoir fourni des éléments sensibles en Corée du nord.

- Mais elle sait ce qui m'est arrivé ?

- Oui, mais pour elle, c'est du bluff, et tu as trahi, puis menti. Tu risques gros pour elle.

- Mais Casey sait tout, et il y a la video.

- Casey est mort il y a 8 jours. Crise cardiaque. Et pas de traces écrites d'après eux. Et sur la video, tu as les yeux bandés dont peu reconnaissable.

- Mais putain, c'est pas possible. Et le reste ?

- Pareil, tu as tout fait pour exfiltrer le Docteur Sin en Chine en empêchant Tilly de l'arrêter.

- Ah ! C'est pour ça qu'ils m'ont aidé au dernier moment ! Ils avaient une idée derrière la tête. Bande de salauds.

- Et pourquoi s'acharner sur moi ?

- Je t'ai dit : Simon a été libéré et tu es la seule à savoir qu'il trafiquait de la cocaïne.

- Mais Wendy aussi savait !

- Consignée dans sa caserne, pas de sortie ni témoignage possible.

- Reste Janet, mais elle est pas du bon côté.

- Sauf que Simon a voulu la tuer. Tu crois qu'elle a oublié ?

- Ça m'étonnerait beaucoup.

COLLECTIF DES HEROÏNES, 17 septembre 2018

- Alors, tu n'écris pas !

- Peu en ce moment, car je gère le reste : la fabrication des marque page, le site avec les cours à inclure et les scénarios à mettre au point avant d'écrire vraiment.

- Tu traines, quoi ! Tu te disperses !

- Mais non ! Je dois faire plein de choses en même temps et je ne peux pas vous consacrer tout mon temps disponible.

- C'est les mecs ça. Monotâche, un cube après l'autre comme les gamins !

- C'est Ellen qui critique ?

- Ben non, c'est Ilmiya, l'héroïne de Anno Mundi. Tu étais bien parti, puis tu as fait autre chose. Et je suis en rade maintenant, coincée à Besançon en 1880. On repart quand ?

- Bientôt, mais il fallait que j'arrange un point du scénario pour ne pas te faire perdre du temps et te faire réfléchir sérieusement.

- Comment ça ? Tu me prends pour une huitre ? je réfléchis toujours sérieusement.

- Oui, mais il faut un lien entre tes actes, tes réflexions philosophiques et le sens de l'histoire.

- Ah bon ! Mais ne me fais pas dire des conneries ou des trucs que personne ne comprend.

- Non, mais j'ai aussi travaillé ton passé.

- Mon passé ? Dans l'histoire, c'est mon avenir qui m'intéresse !

- Parfois il faut partir du passé pour mieux arriver au futur.

- Tu vois que tu dis des trucs que les gens vont pas comprendre. Je veux du concret, et sinon je préviens Ellen qui va t'engueuler.

- Ah non, laisse-la  tranquille, sinon elle va encore me raconter ses malheurs et blabla.

COLLECTIF DES HEROÏNES, 1 septembre 2018

- Salut ! C'est moi Ellen, ton héroïne favorite !

- Je n'ai pas d'héroïne favorite, mais bonjour quand même !

- Pourtant mon nom apparait dans un de tes romans, c'est super.

- Oui, je t'ai cité dans Celle qui n'était pas assez noire, car tu serais la descendante d'Angèle qui est l'héroïne du livre.

- Oui, j'ai lu, c'est pas mal. C'est vrai qu'elle a vécu des choses pas communes. Je ne suis pas étonnée de l'avoir comme aïeule.

- Le côté rebelle a l'air de s'être transmis.

- En tout cas, c'est bien car tu as fini une histoire, tu en attaques une autre ?

- J'en ai quelques unes en cours, je vais terminer Enquête blanche (titre provisoire) et on verra après.

- Et moi, je suis toujours en rade à Beyrouth ?

- Oui, mais ça avance doucement, ne soyons pas pressés...

- Et je fais quoi, moi ? J'attends que tu te décides ?

- Il faut que je corrige les épisodes sur tes aventures à Oman et en Corée du Nord, et je les publierai pour Noël.

- Tu en es que là ? J'ai fait plein de choses depuis ces épisodes !

- Je sais bien, mais l'édition n'est pas un long fleuve tranquille, même en autoédition.

- Alors va écrire et corriger, mais fait ça bien, mets-moi en valeur !

- J'essaie d'arrondir les angles et corriger tes bêtises.

- Cela amuse les lecteurs !

COLLECTIF DES HEROINES, 17 août 2018

- Hep ! Youyou ! C'est nous !

- Qui ça nous ?

- Je parle pour tout le monde : on a vu ton post sur un nouveau roman !

- Vous allez vite.

- Et c'est qui, qui sera l'héroïne ?

- Qui, qui. Vous me faites marrer ! Cela ne va pas aussi vite que vous le voulez.

- OK, on veut bien, mais elle s'appelle comment ?

- Ce sera Onenn : un prénom breton qui veut dire fort en celte.

- Elle fera de la musculation ?

- Mais non, mais elle sera d'origine bretonne par ses parents et retrouvera la Bretagne où elle n'était jamais retourné depuis sa naissance.

- Une exilée ? Et il y aura des morts ?

- Je prépare le scénario, vous ne saurez avant quelques mois.

- Oh la la ! Il va y avoir des déçues !

- Vous pouvez attendre un peu !

- On ne fait que ça ! Tu traines !

- J'avance dans mes corrections, vous ne vous en rendez pas compte, mais c'est important.

- Nous, on veut bouger, le reste c'est des magouilles d'écrivassier.

- Au fait, c'est qui ?

- Juliette.

- Tu ne dois pas être en Amazonie ?

- Je suis déjà revenue. Quand on te dit que tu traines ! Le temps passe !

COLLECTIF DES HEROÏNES, 21 juillet 2018

- Salut, comment ça va ?

- Oh tout va bien, j'ai repris Enquète blanche et j'avance bien.

- Une nouvelle héroïne ? C'est qui ?

- Quoi qui ? Qui me parle au fait ?

- Moi, c'est Béatrice, tu sais, la philosophe dans Béatrice et la liberté !

- Ah ! Ouais, bonjour. Mais ce ne sera pas une nouvelle héroïne en fait, ce sera un mec.

- Oh, tu fais dans le transgenre ?

- Mais non, c'est une histoire policière avec un policier qui raconte les évènements.

- Pas de fille ?

- Si, mais elle sera la supérieure de Julien, pas forcément l'héroïne.

- La logique est respectée, alors.

- Quelle logique ?

- La femme qui commande. Elle s'appelle comment ?

- Son nom est Paula. Mais c'est un hasard que ce soit la cheffe.

- Rien n'est hasard ! Et ça parait quand ?

- Pour Noël, si tout va bien. Le titre sera Enquète blanche si je ne change pas d'ici là.

COLLECTIF DES HEROÏNES, 23 juin 2018

- Comment ça du retard ?

- C'est qui ?

- Sabine, l'héroïne de Trigger. Tu te rappelles j'espère !

- Ben oui, heureusement. Je viens de donner le roman pour une relecture !

- Seulement ? Il y a plus d'un an qu'il est terminé !

- Il y a un temps pour écrire et un pour lire, et encore un pour corriger. Alors on se calme.

- Si tu avais fait attendre Ellen aussi longtemps, tu serais mort !

- Jalouse ?

- Non mais je vois qu'on a des préférences...Que certaines sont mieux soignées que d'autres !

- Je n'y peux rien, Ellen en a pris pas mal sur la tête ces derniers temps, alors je l'ai fait voyager pour lui changer les idées.

- Ah parce que moi, je n'ai rien pris sur la tête ? Tu veux la liste de ce qui m'est arrivé ?

- Non non, je connais, mais c'était un rêve dans ton cas, pas la réalité.

- Et la marque au fer sur ma cuisse, c'est du pipeau ?

- C'est un stigmate. On est pas sûr de sa réalité, cela peut être une mystification ou la somatisation d'un trouble psy...

- Quoi ? Tu te fous de moi ?

- Mais non, tu as eu toutes les explications dans le roman ! Et puis tu dis toi-même que tu prends un malin plaisir à en parler et à le montrer au cours des repas entre copines.

- Ok je vais le montrer à Ellen et aux autres et on verra si elles veulent la même chose !

- N'insiste pas trop !

COLLECTIF DES HEROÏNES, 5 juin 2018

Appel d'Ellen :

- Salut l'écrivassier ! J'ai vu que tu avais avancé pour La filière, le roman qui traine depuis 6 mois et qui me fait piétiner.

- D'abord, ce roman ne traine pas, il bénéficie de ma documentation et de mes réflexions. Ensuite je fais ce que je peux, Fleur de Paix m'a pris du temps et j'ai commencé à me documenter sur Anno Mundi.

- Ah Ouais ? Et elle s'appelle comment la nouvelle héroïne d'Anno Mundi ?

- Son nom est Ilmiya.

- Une étrangère !

- Tu peux parler ! Oui elle est une métisse grec et tsigane.

- Encore un truc bizarre ! Et elle est sympa ?

- Ben oui, bien sûr. Elle est jeune, étudiante et assez volontaire. Un peu têtue, ça me rappelle quelqu'un.

- Tu peux dire ! Au fait, tu m'as pourri ma robe à Beyrouth !

- Ce n'est pas de ma faute, tu t'es faite enlevée par les services secrets saoudiens en plein Beyrouth, et tu te fais libérer par le Hezbollah après un petit massacre dont tu sors saine et sauve.

- Et alors ? Ma robe est toute tâchée de sang, irrécupérable, et ils ont dû me fournir un treillis et un keffieh pour m'habiller.

- Et alors ! Tu es bien comme ça et cela te servira pour la suite.

- Ouais, mais j'aimais bien ma robe et il n'y a même pas de miroir dans le refuge du Hezbollah pour regarder le résultat.

- Tu crois pas que tu te fous du monde ! Un miroir pour s'admirer en treillis dans une cabane de la banlieue de Beyrouth ! Tu veux pas une esthéticienne non plus ?

- Pourquoi pas, parce que le sang, j'en avais plein partout !

- Je vais t'envoyer ailleurs, tu verras que le treillis a un côté pratique.

- Alors tu continues ? C'est chouette, je vais faire du sport.

- Tu vas suer surtout.

COLLECTIF DES HEROÏNES, 1 mai 2018

- Salut !

- Salut ! C'est qui aujourd'hui ?

- Béatrice ! Tu te rappelles ? La fée !

- C'est un grand mot, tu n'as pas de baguette magique. Disons que je t'ai donné des facultés intellectuelles pour gérer les situations et avoir un certain pouvoir sur les gens.

- Tu veux dire quoi par là ?

- Que tu sais séduire.

- Je dois prendre ça de façon positive ?

- Mais bien sûr. Alors quelles nouvelles ?

- Ah oui, j'ai appelé Iliana !

- T'as fait comment ? Tu l'as appelé au téléphone ?

- Ben oui, sur un fixe, car elle a pas encore de portable.Mais ça marche.

- Tant mieux, je n'avais pas encore testé ni vérifié s'ils avaient déjà inventé le téléphone à l'époque.

- Elle est pas mal son histoire, et assez romantique. Elle va se balader en Europe avec son copain, visiter des trucs et découvrir des inventions.

- Ce ne sera pas forcément de tout repos. Il y a des gardiens intégristes qui la suivent. Donc il risque d'y avoir des aventures assez mouvementées.

- J'espère bien, il n'y a pas de raison que nous soyons les seules à avoir une vie agitée.

- Les seules ? De qui tu parles ?

- Ben, d'Ellen, Angie, Cathia, Kyi, Mei et moi.

- Mei ? Je l'ai écris hier soir, tu es déjà au courant ?

- C'est Ellen qui a cafeté.

- Et alors, ça lui a plu ?

- Spécial, mais amusant et assez excitant.

- La sortie n'est pas pour aujourd'hui, ce sera l'épisode 17 de Pharmakon Jazz Tango : Les filles de Sin.

- Bon, ben va lire ta documentation, allez au boulot !

COLLECTIF DES HEROÏNES, 19 avril 2018

 

- Eh ! Oh ! Ne déconne pas !

- Allons bon, encore une râleuse !

- Gna Gna ! Ben oui, quoi on m'a dit que tu as voulu me faire tuer !

- Mais non ! Encore vos exagérations, vous ne comprenez rien et vous réagissez comme des gamines.

- On m'a tiré dessus quand même ! Avec un gros fusil à lunettes.

- Et alors, on t'a raté et c'était exprès .

- Comment ça exprès ?

- C'était pour t'impressionner, le tireur a tiré sur le côté droit du pare brise juste pour te faire peur. S'il avait voulu te tuer, tu ne me téléphonerais pas aujourd'hui.

- Ah ! Donc c'était pour rire ?

- Mais oui, il faut bien que je mette un peu de pression dans le déroulé de l'histoire.

- Et Sonia ? C'était aussi pour rire ?

- Pareil, pour monter aussi la pression. Et au même moment que toi, en parallèle pour un effet de style. Mais c'était autre chose.

- Tu parles ! Elle s'est retrouvée à poil avec Hillevi dans Manhattan à minuit !

- T'aurais préféré échanger vos places ?

- Non, mais j'aurais bien voulu voir ça.

- Bon,  je peux continuer ?

COLLECTIF DES HEROÏNES, 14 avril 2018

- Coucou, c'est moi !

- Facile à dire : c'est Ellen je parie ?

- Ben oui, il y avait longtemps que je n'avais pas appelé ! Il y a 2 mois que Juliette t'a demandé où ça en était et moi je suis toujours à Chypre, en attendant la suite de mes aventures.

- Je sais, mais j'ai publié le tome 3 de Pharmakon Jazz Tango et je viens de terminer les corrections de Natale et de Fleur de Paix.

- Donc ça avance ?

- Oui, mais je n'ai pas eu le temps d'écrire avec toutes ces corrections et je fais aussi des recherches documentaires.

- Pour mes histoires ?

- Entre autres, pour des romans à venir aussi.

- Concentre-toi ! Moi j'en ai marre de la piscine de l'hôtel, Nicosi, sa vieille ville, j'en peux plus !

- Je sais bien, mais tu n'es pas malheureuse, profites en pour faire du sport, cela te servira.

- Ah ! Il y a du mouvement dans l'air ?

- Oui, promis, je m'y colle ce soir pour te faire décoller de Chypre vers le Liban. Cela te va ?

- D'accord, je me prépare.

COLLECTIF DES ZEROÏNES, 18 février 2018

- Alors ça avance ?

- C'est qui aujourd'hui qui m'interpèle ?

- C'est Juliette, l'héroîne de Natale, le roman policier que tu as écrit en 2016 !

- Quoi 2016, c'est pas vieux !

- Deux ans déjà ! Et toujours pas publié ! Tu te fous de nous, le temps passe et on attend la suite maintenant !

- Il faudrait déjà que les lecteurs lisent la première aventure. Après je trouverai une autre idée.

- Qu'est-ce que tu attends ?

- Je termine Fleur de Paix et je publie Natale. les deux devraient être disponibles mi-mai.

- Alors vas-y, ne perd pas de temps, au lieu de répondre à nos bêtises.

- C'est pas des bêtises, c'est fait pour la promotion, n'oubliez pas qu'il y a des lecteurs et qu'ils veulent savoir comment vous allez.

- Oui, et bien va écrire et nous on s'occupe des lecteurs et si ça n'avance pas je demande à Ellen de t'écrire la semaine prochaine.

- Pas qu'elle se plaigne, on va sortir le tome 3 !

- Oui mais elle est toujours en rade à Chypre et elle veut aller au Liban !

- Un peu de patience !

COLLECTIF DES HEROÏNES, 4 février 2018

- Salut, il parait que tu as écrit un truc sur nos pratiques sexuelles ?

- Je ne reconnais pas ta voix ? Tu es qui ?

- Kyi.

- Qui Kyi ?

- La copine d'Ellen, en Birmanie !

- Ah oui, Kyi ! Mais je ne parle pas de vos pratiques sexuelles, juste de vos orientations, pour que les lecteurs comprennent les relations entre les personnages.

- Il n' y a pas d e détails alors ?

- Non, si les lecteurs veulent en savoir plus, ils doivent lire les livres.

- Ah, dommage, ça aurait été amusant.

- C'est déjà assez croustillant comme ça, vous faites une belle équipe de zigotos.

- Zigoto ? Qu'est-ce que ça veut dire ?

- Au féminin je sais pas, au masculin c'est un frimeur, un peu fantasque.

- On est des frimeuses ?

- Mais non ! C'est le terme qui me venait en tête, j'aurais pu dire coquines.

- Je répèterai aux autres.

- Je vous signale quand même que Jazz Tango vous va très bien !

- Et pourquoi ?

- On peut aussi dire à voile et à vapeur, c'est pareil !

- C'est plus musical !

COLLECTIF DES HEROÏNES, 28 janvier 2018

- Allo ! Tu es réveillé ? Ici, c'est Wendy !

- Ouais je suis debout, je bricolais.

- Tu as promis de dire comment Ellen allait s'en sortir de son histoire : Cotton candy.

- Je ne vais pas donner tout le détail. C'est toi qui fais le porte parole, maintenant ?

- Pour changer un peu, et j'ai envoyé Ellen faire un peu de musculation pour être plus en forme dans ses aventures.

- Oui mais toi, les lecteurs ne te connaissent pas encore !

- Alors je me présente : Wendy Cravo, native américaine apache, je suis militaire au service d'Interpol et je suis habituellemnt la garde du corps d'Ellen. Je ne fais pas que ça, mais je suis appelée chaque fois qu'Ellen a besoin d'un soutien musclé ou pour la sortir d'une merdouille quelque part.

- Et tu apparais dans le tome 4 des aventures d'Ellen qui s'appelle Le hasard et la sérendipité, notamment dans l'épisode 8 (Antisens) pour sauver Ellen de sa prison en Corée du Nord.

- On se demande vraiment ce qu'elle est allée foutre là bas !

- C'est pas de sa faute !

- Oh ! Ce n'est jamais de sa faute ! Mais parfois, on a l'impression qu'elle le fait exprès.

- Dans Cotton candy, elle s'est aussi fourré dans un merdier avec des trafiquants de tous bords.

- Ce sera l'épisode 10 ? Après notre balade au Panama ?

- Cela se passe un peu au Panama mais à Miami aussi.

- Et alors ? Comment ça se passe ?

- Les agents pourris de l'USCC qui ont récupéré Ellen à l'aéroport de Miami sont fâchés car ils comprennent que Mendoza s'est foutu d'eux. Les choses se précipitent encore quand ils interceptent Janet qui les espionnait pour savoir ce qui allait arriver, car le FBI n'est pas loin. Les agents pourris de l'USCC vont vouloir éliminer Ellen et Janet en faisant croire qu'ils cherchaient à sauver Ellen et qu'ils sont arrivés trop tard.

- Ah oui ! Ce sont vraiment des pourris.

- Ils protègent leurs petites affaires. Donc ils s'apprêtent à mettre leur plan en action mais le FBI débarque et ils le temps que de tirer sur Janet car Ellen s'est cachée. Janet est blessé au cou et Ellen va la sauver en compressant sa blessure et en arrêtant l'hémorragie.

- C'est bien. Et moi je reprends du service quand ?

- Tu es dans les épisodes 9 (Oxidado), 11 (Toi ma soeur qui me ressemble) et 12 (Le dragon rampant).

COLLECTIF DES HEROÏNES, 21 janvier 2018.

- Coucou ! C'est moi ! Alors tu racontes la suite ?

- Et d'abord, t'es qui, toi ?

- Moi, c'est Ellen, tu te rappelles ? La brune aux cheveux courts, l'épicurienne que tu trimbales partout avec ses médicaments ! Tu ne nous reconnais plus ?

- Si, mais je ne vous ai pas encore donné de voix. Alors, entre toi et Juliette, Angie ou Cathia je ne peux pas deviner.

- T'as qu'à réfléchir à faire des livres audio !

- Oui je sais, j'y ai déjà pensé mais je ne sais pas comment faire en pratique. On verra plus tard. Si vous causez en plus, ça va être pire.

- Pire ? Dis tout de suite qu'on t'embête !

- Mais non, je veux simplement dire que c'est déjà assez délicat d'écrire, d'imaginer vos aventures, de gérer l'édition et la promotion, alors des livres audio en plus...

- Bon, alors c'est quoi to idée dont tu as parlé hier ?

- Pour la fin de Cotton candy ?

- Oui, c'est ce que tu as dit ! C'est bien l'histoire de trafic de médicaments de dopage et là où je dois faire la mule pour emmener de la cocaïne de Panama à Miami ?

- Oui, mais c'est un peu plus compliqué car il y a un lézard la-dessous.

- On va encore me prendre pour une conne ?

- Non, mais tu vas servir à faire coincer les pourris des services secrets américains.

- C'est ça l'idée ?

- Non, ça c'était déjà dans le scénario. La nouvelle idée, c'est que tu vas sauver la vie de Janet.

- Janet ! Cette salope ! Ca va la tête ? Tu as vu ce qu'elle m'a fait, et tu voudrais que je la sauve ?

- Elle te devras toujours quelque chose, elle sera plus clémente avec toi !

- C'est vraiment tordu comme idée, mais bon, et je fais comment ?

- C'est encore un secret, je vais écrire cette semaine.

- Bon allez, bises, je lirai samedi prochain.

COLLECTIF DES HEROÏNES, 20 janvier 2018 : Ellen

- Bon alors ! Mettre le site à jour, c'est bien, mais tu n'écris pas beaucoup en ce moment ! On ne bouge plus ! Tu nous inscris dans un club de sport ou tu reprends l'écriture vite fait pour nous faire bouger !
- Je peux pas tout faire en même temps. Le site va être mis à jour et après je termine Fleur de Paix.
- Bah ! Fleur de Paix, le héros est mort, nous on vit encore et on s'encroûte, tu pourrait finir Cotton candy ou corriger Celle qui n'était pas noire.
- Je veux bien, mais ça prend du temps !
- Oui mais Angie s'impatiente !
- J'ai trouvé une nouvelle idée pour la fin de Cotton candy.
- C'est vrai ? Raconte !
- Demain !

Collectif des Héroïnes, 19 janvier 2018: Ellen.

- Bien ! On voit que cela avance. Le site Pharmakonjazztango s'améliore. Tu nous diras si tu as des remarques et si on est bien vues.

- Je vous fais remarquer, justement, que le site n'est pas fait pour vous. Il s'agit de promouvoir l'éthique, la lecture et les liens entre société, science et éthique.

- Bof, ce qui nous intéresse, c'est les bonnes histoires, les photos, l'humour et un peu de musique.

- Vous ne pensez qu'à vous, comme d'habitude !

- Comment ça comme d'habitude ? On est toutes gentilles et on joue notre rôle de personnages bien élevées et obéissantes.

- Laissez moi rire, vous essayez à chaque fois de déraper et de m'imposer vos frasques. Je suis toujours obligé de remettre de l'ordre et de censurer certains passages.

- Oui, bon ça va. Tu le sors quand le tome 3 de mes aventures ?

- Je corrige les tailles de police et je commencerai à saisir sur le gabarit.

- Tu as les couvertures ?

- Oui, c'est prêt.

- Bon, alors on te laisse bosser.

Collectif, 3 janvier 2018: Ellen.

- Ah ! Enfin ! Tu as mis le temps, mais ce n'est pas encore parfait, ça fait un peu brouillon parfois.

- Tu peux causer ! Cela représente un gros travail que je fais pour vous pour qu'on puisse lire vos aventures un peu partout.

- Oui, mais ce n'est pas traduit en d'autres langues.

- On ne peut pas tout avoir, ce n'est déjà pas mal comme ça et de toutes façons vous n'êtes pas polyglottes.

- Polyglottes ! Et quoi encore, cela t'arrange bien qu'on puisse parler un peu d'espagnol, d'anglais ou de créole !

- Oui et je te signale, Ellen, que tu as une ancêtre française !

- Je sais, Angie m'a tout raconté, une drôle d'histoire !

- Donc tu pourrais faire un effort et te mettre au français, car je traduis tout pour l'instant.

- On verra quand j'irai à Paris, comme tu as prévu. Je dois y aller pour des stages de cuisine ?

- Rien n'est écrit. Tu dois y aller en vacances et suivre des stages de cuisine à Paris, mais c'est trop simple. On va compliquer l'histoire.

- Bon, on verra bien. A plus !

Collectif des héroïnes, 1 novembre 2017 : Ellen.

– Salut ! Il parait que tu vas être en retraite, donc tu auras du temps pour t'occuper de nous. Alors on va pouvoir bouger un peu et se remettre au sport.
– Un collectif ? Vous avez créé un collectif pour me surveiller ? Pourquoi pas un syndicat ?
– Plus on est nombreuses, plus on sera efficace pour exiger de l'action.
– Vous vous foutez de moi ? Je fais déjà le maximum pour vous employer et vous en voulez encore plus ?
– Oui, et on est toutes d'accord ! Juliette, Cathia, Angie, Béatrice, Ellen, Sabine, et aussi Wendy, Kristen, Julia.
– Vous avez aussi perverti les seconds rôles ?
– Parfaitement ! Maintenant tu dois assurer la sortie de Béatrice et la liberté, ensuite le tome 3 pour Ellen et après, Celle qui n'était pas assez noire.
– Vous ne vous rendez pas compte du travail ! Vous profitez seulement de la liberté que je vous donne sans comprendre.
– Quelle liberté ? On s'en prend plein la tête à chaque fois !
– Vous voyagez, vous avez de bons moments aussi ! Vous n'allez pas vous plaindre, vous m'en redemandez ! Et quant à en prendre plein la tête, je ne sais pas si cela peut s'appeler comme ça.
– Et monsieur fait de l'humour !
– Promis vous aurez un livre qui vous laissera plein de liberté et vous ferez ce que vous voudrez !
– Ah oui ? Lequel et quand ?

- Ce sera la Profondeur du lac Baïkal, prévu en 2018, mais ne foutez pas le bordel, il faut une histoire qui se tienne.

– C'est d'accord, on attend, mais n'oublie pas de finir le reste avant...

Appel de Béatrice à MJ, écrivain, 22 octobre 2017


- Dis, tu ne crois pas que tout le battage actuel sur le harcèlement pourrais se nourrir d'un réflexion plus profonde, genre philosophique et éthique ?
- Ben, si, mais on entend plutôt des noms d'oiseaux ou de mammifères grognant sans trop de retenue.
- Alors tu pourrais faire la promotion de mon aventure ?
- Ton conte philosophique où tu joues le rôle d'une fée ?
- Il y a tout dans cette histoire ! Toutes les questions et les réponses.
- Mais il n'y a pas de cochon.
- En faisant un effort je te transforme en cochon avec ma baguette magique !
- Tu n'en as pas. Je ne suis pas fou, te donner un tel instrument ! Autant te donner les clés de ma cave.
- Tu parles ! Et tu la diffuses quand, mon histoire ?
- Cette semaine. Bises chère Béatrice !

Conversation avec mon héroïne, 6 octobre 2017


Salut Ellen,

  • Tu t'es remise de tes aventures en Birmanie ?

  • Je suis allée chercher mon mari que des affreux avaient enlevé et la CIA s'est servi de moi pour leurs affaires.

  • Faut dire que tu as remué pas mal de boue.

  • Et découvert des réseaux de trafic de metamphétamine !

  • C'est pas un scoop dans cette partie de l'Asie !

  • Peut être, mais je connais le chef de la triade du coin, le docteur Sin, je crois qu'on aura des occasions de se revoir ensemble.

  • Cela t'a permis de sauter en parachute, conduire une moto et apprendre que ton animal de l'horoscope birman était le Rat !

  • J'ai aussi perdu deux gardes du corps, et liquidé ce petit con de Rick.

  • C'est Wendy qui l'a poignardé pourtant !

  • Et j'ai renfoncé le couteau.

  • A part ça, ton éthique va bien ?

  • Ben oui, mais je me pose des questions sur Sin, un drôle de bonhomme qui va faire du ménage dans la triade chinoise...

A propos du Dragon rampant (épisode 14).