© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com

 

ROMANS

Cette page vous montre les différents romans écrits, n'appartenant pas à la série Pharmakon Jazz Tango. Ils s'agit donc d'histoires indépendantes, écrites au gré des envies, des sollicitations, de l'actualité ou autres !

Tous les thèmes rejoignent l'éthique par un ou plusieurs aspects (voir Ethiques).

LOUISE ET ADRIEN

Le premier roman, écrit en même temps que la nouvelle qui allait donner naissance à la saga Pharmakon Jazz Tango (juin 2014). Une histoire simple et assez courte située fictivement dans un petit village de Bourgogne sud. Louise est une professeur des écoles et elle va s'occuper de la petite école du village. Louise est jeune, belle avec une magnifique peau noire. Elle sera hébergée par Adrien, un ancien du village qui connait beaucoup de monde et qui l'aidera à s'adapter à ce nouvel univers. On retrouve des aspects éthiques, dans l'émancipation de Louise et au moment elle va s'impliquer dans la protection des ses nièces contre l'excision.

Texte narratif au passé.

Publié en novembre 2016

UGA 32

J'avais envie de tester la science-fiction. Avec de multiples sources bibliographiques et philosophiques, je me suis attaqué à un thème de bioéthique : l'utérus artificiel. Il ne s'agit pas d'un essai philosophique, mais bien d'un roman, donc d'une histoire située dans 75 à 100 ans qui va raconter comment vivent les hommes et les femmes alors que la maternité n'existe plus et que tous les enfants naissent de parents inconnus après incubation in vitro.J'avais plusieurs problèmes. Comment traduire les différentes positions politiques possibles vis à vis de la maternité et des relations homme-femme sans faire un discours hors sujet et comment conserver une histoire si possible passionnante et amusante sans tomber dans le mélo ou le cliché. J'ai évité les poncifs (Fahrenheit 451, 1984 ou Matrix) mais en lisant bien vous retrouverez des aspects littéraires ou cinématographiques connus. l'héroïne s'appelle Cathia, elle est immature au début et va évoluer pour devenir une égérie politique. Le fonds de l'histoire est bien sûr un discours féministe basé sur mes lectures et convictions. Au début le titre était La renaissance des lucioles, pour remettre en scène le paradigme des lucioles, métaphore du régime politique qui peut passer de la splendeur à la disparition (selon la vision de Pasolini).

Texte au singulier première personne et présent.

Publié en avril 2017

Béatrice et la liberté

 

Je n'ai plus l'idée de base de ce roman. L'obsession de la liberté peut être. J'ai choisi dès le départ de favoriser les idées par rapport à l'histoire. Trouver une histoire qui colle bien et qui retienne le lecteur est difficile, donc j'ai choisi d'écrire un conte qui me permettrait d'imaginer des situations sinon invraisemblables, du moins peu crédibles dans la vraie vie. Je protégeais mes idées avec cet artifice. Il s'agit donc d'un conte pour adultes avec une héroïne, Béatrice, qui va développer ses idées philosophiques auprès d'un homme en apportant des arguments et contre arguments en fonction des discussions. Pour ne pas en faire un essai philosophique et amuser le lecteur, j'ai placé l'héroïne dans une sorte de harem au milieu d'autres femmes et placé l'homme comme le maître des lieux. Une histoire qui rappelle les Mille et une nuits avec Shéhérazade et j'y ai placé Béatrice. Mon héroïne devient la gouvernante des jeunes femmes et doit se charger d'elles avec toutes les aventures possibles. Il y a un décalage à la base entre Béatrice et son maître julian, mais peu à peu un équilibre va se mettre en place avec des joutes orales. Le respect mutuel est un des fondements de cette histoire qui va parler du consentement, de la liberté sous toutes ses formes et l'auteur a retrouvé un de ses styles favoris de funambule entre philosophie et érotisme. La finesse des mots et des situations imposées par Béatrice elle-même vont faire basculer l'équilibre vers la jeune femme. L'humour fait partie du lot, coincé aussi dans le jeu des mots et des situations parfois rocambolesques imposées par les compagnes de Béatrice qui se révèle comme une fée pour ce conte.

Texte écrit au passé, singulier première personne.

Lecteur averti.

Publié en décembre 2017

Natale

Un roman policier pour changer et me forcer à rester très terre à terre. Mais la nature revient et j'ai perverti la situation en me plaçant sur un terrain anthropologique. Pour simplifier, je me suis inspiré des travaux de Phlipppe Descola, professeur d'Anthropologie au Collège de France et successeur de Levi-Strauss. Une thèse très intéressante sur les visions du monde variable selon nos origines, nos coutumes, nos habitudes. La place donnée à l'autre peut être variablee entre celle d'un frère ou d'un animal d'une autre espèce. Et comme l'homme est un prédateur, on peut considérer que l'on peut consommer un animal ou une autre personne. Je me suis limité à la consommation intellectuelle (exocannibalisme spirituel) exercé par Natale.

Le vrai héros est encore une jeune femme, Juliette, policière dont les parents sont décédés et qui vit dans l'ancien appartement de son grand-père à Paris.  Ele vit dans son mond eun peu clos, mais elle est passionnée par la fête foraine (la foire du Trône à Paris). Cette passion lui fait comprendre qu'elle est peut-être différente , et elle va essayer de comprendre cette différence et de la faire évoluer jusqu'à ce qu'elle découvre la nature de Natale qui est semblable à la sienne.

L'histoire policière se colle à cette réflexion personnelle et les deux scénarios vont évoluer de pair. Martin, le policier qui dirige l'enquête avec Juliette, qui va sortir peu à peu d eses préjugés, et Juliette qui va se voir changer sous l'influence de Marie Jo et de Natale jusqu'à comprendre sa vraie nature.

L'association des deux thèmes est délicate est délicate et nuit peut-être à l'intrigue purement policière qui est vite dévoilée, mais la maturation d eJuliette était pour moi l'essentiel.

Texte écrit au passé, première personne du singulier.

Publication en cours.

Fleur de Paix

Un livre historique en deux parties : une partie très familiale avec une compliation de lettres échangées entre mon grand oncle Pierre et mon grand père (son frère) entre 1913 et mai 1915. Il y a également des lettres échangées avec des amis de la famille et leur soeur Marguerite. Toute l'époque de 1914, de la surprise de la guerre qui ne devait pas durer et des blessés. Pierre Juste sera blessé deux fois et restera sur le sol le 9 mai 1915. J'ai aussi inclus son carnet de tranchée dans le roman (en intégralité), ce qui explique que je l'ai mis comme second auteur du livre. La seconde partie du livre est fictive et j'ai tenté une réflexion philosophique sur la mémoire, la guerre et la commémoration. J'ai placé ma fiction au Vietnam avec un échange entre un jeune journaliste qui célèvre son mariage et une acienne combattante vietminh (j'ai pris l'exemple de la jeune combattante snipper que l'on voit tirer sur les GI depuis un imeuble dans Full Metal Jacket)

CELLE QUI N'ETAIT PAS ASSEZ NOIRE

Un roman sur fond historique. Celui de la colonisation des Antilles au XVIIIe siècle avec les rivalités entre grandes puissances : France, Angleterre et Espagne.

L'histoire d'une vengeance, celle d'Angèle alias Angie, qui veut venger sa mère violée par trois pirates et elle est la fille de l'un d'entre eux.

Parcourir seule les îles de cette époque n'est pas facile pour une jeune femme, surtout avec son teint qui la fera classer comme octavonne donc possible esclave.

Mais c'est sans compter sur sa  tenacité et ses rencontres, Julia, Jim, Vonvon, Safira...qui l'aideront à découvrir ce monde qu'elle veut recréer. Une histoire qui vous fera naviguer de la Barbade à La Nouvelle Orléans.

Style narratif et première personne au passé.

Avec un clin d'oeil à la saga PJT car Angie serait une ancêtre d'Ellen.